FANDOM



Caractéristiques du projet

  • La Rocade de Banlieue (ou, sur les documents de l'époque, RB) est le nom que portait jusqu'en 1967 l'axe qui est devenu aujourd'hui l'A86. Elle correspondait à un aménagement autoroutier de la RN186, entre le pont de Chatou, au Nord-Ouest de Paris, et le Pont Colbert, au Sud-Ouest, en passant par la banlieue Est.
  • Son tracé a connu de nombreuses fluctuations dans les années 1960, notamment à l'Est entre La Courneuve et l'A4, avec l'apparition d'un "dédoublement" appelé Dédoublement de la Rocade de Banlieue (DRB).
  • Jusqu'en 1964, le bouclage à l'Ouest, par Versailles, était prévu par l'ARISO (Auto-Route Interurbaine de Seine-et-Oise) et ne faisait pas partie de la Rocade de Banlieue. A partir de cette date, le tronc commun est désigné la plupart du temps "RB".
  • Les appellations "Rocade de Banlieue" et "Dédoublement de la Rocade de Banlieue" ont été officiellement remplacée par A86 et B86 le 11 septembre 1967 mais les noms RB et DRB ont subsisté dans de nombreux documents jusqu'à la publication du SDAU révisé en 1969.


  • Nota : Deux autres projets d'importance moindre ont porté un nom similaire dans les années 1960 :
    • la Rocade Intercommunale de la Banlieue Sud (appelée aussi dans certains documents Voie de Liaison Intercommunale Sud ou Rocade Intercommunale des Hauts-de-Seine) qui allait, suivant les projets, de Sèvres, Meudon ou Clamart à l'Ouest, jusqu'à Villejuif, voire Créteil et même Champigny et Fontenay-sous-Bois, à l'Est, (apparition comme voie de distribution en 1964, disparition du schéma des voies rapides en 1969 ; voir un projet de tracé dans un document d'études de l'IAURP daté de juin 1967 ; voir également son tracé en trait noir, au Nord de l'A86 sur la carte n° 3 ci-dessous de novembre 1964)
    • la Rocade Intermédiaire de Banlieue (ou RIBAN), projet des Ponts et Chaussées de la Seine en 1960-62 pour l'amélioration de la liaison Aubervilliers - Montreuil.

Historique du projet

  • L'aménagement d'une voie de rocade intermédiaire entre la "rocade périphérique" de Paris et la RISO (Route Interurbaine de Seine-et-Oise) est prévu dès le plan routier du PARP de 1956. Il y est question d'aménager la RN186 qui doit servir de voie d'évitement de la partie dense de l'agglomération. Cette voie existait déjà mais avec des caractéristiques "très insuffisantes" sauf en quelques sections déjà aménagées. Il est donc prévu de l'élargir à au moins 4 voies partout où cela est possible et de dévier toutes les communes où l'élargissement du tracé étroit serait rendu impossible par le nombre de logements à acquérir et à détruire. Par ailleurs, les croisements avec des radiales importantes doivent être prévus "à deux niveaux différents, avec des raccordements latéraux".
  • Du pont de Chatou au Pont Colbert en passant par la banlieue Est sont ainsi prévues trois grandes déviations à caractéristiques autoroutières : Colombes / Gennevilliers, Pont de Bondy / Rosny-sous-Bois (dont un tronçon commun avec l'Antenne de Bagnolet) et la déviation de Châtenay-Malabry. Deux autres déviations plus localisées sont également envisagées à Saint Denis (contournement Sud du centre ville par le boulevard Marcel Sembat et la Porte de Paris) et La Courneuve (déviation des Quatre-Routes par le Sud). Ailleurs des élargissements sur place sont prévus à Nanterre, Villeneuve-la-Garenne, l'Île-Saint-Denis, Bobigny, Fontenay-sous-Bois, Nogent-sur-Marne, Joinville-le-Pont, Saint-Maur-des-Fossés, Choisy-le-Roi, Thiais, Rungis et Antony, de grands "carrefours - échangeurs" devant être aménagés aux Six-Routes de la Courneuve, aux Six-Routes de Drancy, au Pont de Bondy, à la jonction avec la RN34 au Perreux-sur-Marne, au Carrefour de Beauté à Nogent-sur-Marne, à l'intersection avec la RN305 à Choisy-le-Roi et au Petit-Clamart. Ces dispositions sont confirmées dans le PADOG de 1960.
  • Dans les années 1961-1962, les difficultés pour mener à bien les élargissements envisagés conduisent les services des Ponts et Chaussées à envisager deux nouvelles grandes déviations : au Nord, l'aménagement entre Villeneuve-la-Garenne et les Six-Routes de la Courneuve est remplacé par un tracé neuf passant par le carrefour Pleyel, les terrains Gaz de France du Landy et le CD32Bis alors qu'à l'Est la traversée très difficile de Nogent-sur-Marne, Joinville et Saint-Maur-des-Fossés est carrément remplacée par un grand contournement passant par la rive gauche de la Marne, à l'Est de la boucle de Saint-Maur et reprenant une partie des tracés prévus au PADOG pour la RISO, celle-ci étant décalée de quelques kilomètres vers l'Est. Quant à la traversée de Choisy-le-Roi, elle fait l'objet de 2 variantes : une au Sud traversant les voies de la gare de triage de Villeneuve-Saint-Georges au niveau de Valenton pour rejoindre le tracé de la déviation de la RN5 entre Orly et Thiais, l'autre au Nord rejoignant la RN186 au niveau de Fresnes après avoir desservi le futur Marché d'Intérêt National de Rungis. C'est finalement la variante Nord qui est retenue. Sur la carte ci-dessous figurent en rouge la RN186, en bleu les déviations envisagées dès 1956 et en vert les déviations étudiées en 1961-62.
  • RB Tracé 1962

    1) Tracé de la Rocade de Banlieue en 1962

  • La Rocade de Banlieue constitue alors à une voie express continue de 74 km de long : 15 km pour des aménagements sur place de la RN186 et 59 km pour des déviations. La Rocade est prévue en général avec 2 chaussées à 3 voies, sauf pour la déviation de Rosny-sous-Bois dont les travaux ont déjà démarré pour seulement 2 fois 2 voies.
  • Entre 1962 et 1969, le tracé va subir de nombreuses fluctuations à l'Est, avant de se stabiliser approximativement au niveau de celui de l'actuelle A86. Cela est dû au fait que le passage au-delà de la boucle de Saint Maur, à plus de 10 km du Boulevard Périphérique, conduit à des résultats insatisfaisants dans toutes les études de trafic. En août 1964, le rapport de présentation du programme duodécennal d'équipement de la région parisienne (1964 - 1975) souligne une "distorsion du quadrillage routier primaire qui aura pour conséquence une surcharge de la RN186 entre la Rocade de Banlieue à Neuilly-Plaisance (extrémité de la déviation de Rosny-sous-Bois) et l'autoroute A4 par un trafic de transit qui traversera notamment Nogent-sur-Marne". La carte suivante est issue des travaux préparatoires du programme duodécennal. Les axes en tireté blanc sont ceux dont les travaux doivent être lancés au titre du programme 1962-65 et en noir, ceux prévus au Ve plan (1966-70)
  • RB Tracé 1963

    2) Tracé de la Rocade de Banlieue en 1963

  • Sur proposition de l'IAURP, le schéma routier est modifié. Le tracé à l'Est de la boucle de la Marne est transféré à l'ARISO dont le passage plus à l'Est risquait de conduire à un développement non désirable de l'urbanisation. Quant à la Rocade de Banlieue, elle est déviée par le tronçon de l'autoroute du Sud-Est A5 entre le carrefour Pompadour et l'échangeur de Saint-Maurice puis divisée en deux branches dont la réalisation pourrait être étalée dans le temps :
    • à court terme, le trafic emprunterait l'A4 vers l'Est jusqu'à Villiers-sur-Marne puis remonterait vers le Nord-Ouest par le tronçon de la RB prolongeant la déviation de Rosny-sous-Bois à travers Neuilly-Plaisance, qui serait construit à 2x2 voies dans un souci d'homogénéité ;
    • à plus long terme (10 ou 15 ans, suivant l'évolution du trafic), la Rocade de Banlieue serait dédoublée entre Saint-Maurice et La Courneuve par un nouvel axe plus direct à 2x3 voies, la DRB, empruntant successivement :
      • la toute récente B17, voie de desserte du stade olympique de 100 000 places en projet dans le Bois de Vincennes, à l'emplacement du vieux stade Pershing ;
      • la voie de desserte Nord du Grand Ensemble de Fontenay jusqu'à l'A3 à Romainville ;
      • une voie nouvelle entre le fort de Noisy et le carrefour des Quatre-Routes de La Courneuve pour shunter le passage délicat par l'échangeur A3 - B3 et le viaduc de Bondy.
  • Fin 1964, dans le cadre de la préparation du SDAU qui sera publié l'année suivante, l'IAURP et le District de la Région de Paris décident finalement que le terme Rocade de Banlieue doit être réservé au tracé direct Saint Maurice - La Courneuve qui constituera l'axe principal à terme. Du coup les anciennes branches de la RB changent de nom et deviennent des annexes des axes voisins : la bretelle desservant la future préfecture de Bobigny, entre la RB à La Courneuve et B3 à Bondy, devient C3, la déviation de Rosny-sous-Bois, entre l'échangeur A3 - B3 et l'A17, devient la nouvelle B17 et son prolongement vers Neuilly-Plaisance et Villiers-sur-Marne est intégré dans l'A17. Ce changement d'appellation semble avoir été largement méconnu, notamment au niveau des services de l'Equipement dont beaucoup continueront à parler des anciennes RB et DRB jusqu'en 1967.
  • RB Tracé 1964

    3) Tracé de la Rocade de Banlieue en novembre 1964

  • A86 Est 1967

    4) Détail du tracé en banlieue Est en juin 1967

    A86 Est 1969

    5) Détail du tracé en banlieue Est en 1969

    Dans les années 1965 à 1967, la mise au point du tracé entre l'A17 et l'A4 s'avère impossible. Le tracé initial est rejeté violemment par la ville de Fontenay-sous-Bois car il traverse le centre ancien de la commune, au ras de la gare, de l'église et de la mairie. Plusieurs variantes sont étudiées pour essayer de trouver un passage un peu plus à l'Est, du côté du fort de Nogent et du carrefour de Beauté mais en vain. L'opposition est tout aussi vive à Nogent-sur-Marne qui s'oppose à tout passage de l'autoroute sur son territoire. Tous les tracés butent sur le problème du franchissement de la Marne. Un compromis se dessine à partir de fin 1967 en utilisant la seule percée existante dans l'urbanisation de la rive gauche de la Marne : le viaduc des voies SNCF, à la limite des communes de Nogent-sur-Marne et Le Perreux. La Rocade de Banlieue suivrait donc les voies ferrées au plus près, traverserait la Marne au niveau du pont de Nogent et longerait l'A4 jusqu'à l'échangeur de Saint-Maurice. C'est le tracé qu'on connaît actuellement pour l'A86 (à l'exception notable de la partie longeant l'A4 qui n'a jamais été construite…) mais il faudra plusieurs années encore pour le mettre au point de façon détaillée. Sur les deux schémas ci-contre, on voit les différences entre le tracé prévu en juin 1967 (passage par Fontenay) et celui de 1969 (passage par Nogent - Le Perreux)
  • Au niveau des appellations, ce "passage providentiel" se situant dans le prolongement de la déviation de Rosny-sous-Bois, on redonne le rôle principal et le nom Rocade de Banlieue au tracé par Bobigny et Rosny, appellation officiellement remplacée par A86 le septembre 1967 par décision du Directeur des Routes. Le tracé de l'ancienne DRB au Nord de l'A17 est maintenu et il prend alors le nom de B86.

Ce qu'il en reste

  • La plus grande partie de la RB a été réalisée sous forme d'A86. La DRB a été partiellement réalisée sous forme d'A186. Par contre les sections abandonnées n'ont laissé que peu de traces :
    • les sections non réalisées de la DRB à Bobigny, Noisy-le-Sec, Romainville et Fontenay ont fait l'objet de quelques acquisitions foncières qui sont invisibles de nos jours.
    • le seul endroit où l'on puisse identifier le passage de la RB est l'avenue du Viaduc à Rungis, au niveau du Marché d'Intérêt National : elle devait justement franchir le MIN en viaduc.
Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-NC-SA  .