FANDOM


Blason 974 Heure de Saint-Denis
Fuseau horaire
21:37:03 (GMT +4h)



Présentation générale

  • Située dans l’océan Indien, à 800 km à l’est de Madagascar, l’île de la Réunion, au climat tropical, constitue, avec les îles Maurice et Rodrigues, l’archipel des Mascareignes. L’île de la Réunion se trouve à 9 180 km de Paris.
  • Son environnement, sa forêt tropicale, ses massifs volcaniques et ses plantations de canne à sucre en font une île haute en couleurs.
  • Les visiteurs ne s’y trompent pas : le tourisme y est en forte expansion depuis plusieurs années. L’île possède de nombreux atouts, comme la multiplicité ethnique de sa population (son histoire est un brassage permanent de peuples), sa faune et sa flore (cocotiers, vanilliers, manguiers, mais également des plantes à parfum comme le vétyver) ou sa situation de pivot au sud-ouest de l’océan Indien.

Géographie

  • À compléter

Généralités

  • D’une superficie totale de 2 512 km², l’île est bordée par 210 km de côtes, pour l’essentiel inhospitalières, si ce n’est les 25 km de plage de sable blanc corallien et 14 km de sable noir, situées à l’Ouest. Elle n’offre pratiquement pas d’abri naturel pour la navigation, hormis la baie de Saint-Paul. L'île est constituée de deux ensembles volcaniques.
  • Dans la partie Nord-Ouest, le Piton des Neiges (3069 mètres) domine les trois cirques de Cilaos, Salazie et Mafate qui l’enserrent. Ce dernier, où vivent 700 habitants, est inaccessible en voiture. Ils sont le résultat de l’effondrement et de l’érosion des flancs de l’ancien volcan. Au sud-est, le Piton de la Fournaise (2631 mètres) est un volcan actif, de type hawaïen. Il s’agit d’un volcan particulièrement actif, qui entre en éruption environ trois fois par an, ce qui constitue toujours un spectacle apprécié des Réunionnais. La Plaine des Cafres et la Plaine des Palmistes, qui se rejoignent au col de Bellevue, assurent la liaison entre les deux massifs du Piton des Neiges et du Piton de la Fournaise.
  • La configuration de l’île, soumis à des pluies très abondantes pendant la saison humide du climat tropical (entre 2.600 et 4.000mm dans l’Est de novembre à avril), a abouti à la formation d’innombrables "ravines" ou "rivières", qui descendent des sommets en alternant gorges abruptes et secteurs plus calmes, encombrés de rochers et parfois agrémentés de cascades et de "bassins". L’érosion à la Réunion est une des plus fortes constatées dans le monde, elle est irréversible et structure les paysages et le relief typique de l’île.
  • La côte orientale de l’île, dite "côte au vent", très arrosée, où plusieurs rivières, comme celles du Mât, des Marsouins, de l’Est, sont pérennes, contraste avec la côte occidentale, "sous le vent", aux terres arides.
  • La végétation de la Réunion, qui compte de nombreuses espèces endémiques, varie en fonction de l’altitude et du climat : forêt tropicale ou savane sèche, plantations de canne à sucre ou d’arbres fruitiers. Si la forêt abrite d’extraordinaires fougères arborescentes, elle est également riche en oiseaux multicolores.

Reliefs et paysages

  • À compléter

Climat, températures et précipitations

  • Le climat de la Réunion, de type tropical, est marqué par l’influence des vents alizés.
  • Celui-ci change de manière importante selon les lieux et le relief. La moyenne des températures est de 20 °C sur le littoral, et de 14 °C dans les plaines intérieures. Il est à noter que des gelées nocturnes se produisent sur les hauteurs au dessus de 2 000 m.
  • La saison des cyclones dure de décembre à avril.

Blason 974
(Blason de la Réunion)


Écusson 974
(Drapeau non-officiel de la Réunion)


Logo Réunion
(Logo du Conseil Régional de la Réunion)


CG 974
(Logo du Conseil Général de la Réunion)


Source : Wikipédia.

Géologie

  • À compléter

Histoire

  • Découverte au début du XVIème siècle par les Portugais, l’île est encore inhabitée au moment de sa prise de possession au nom du roi de France en 1642. Dénommée "Bourbon", son histoire se confond alors avec celle de la Compagnie des Indes Orientales. Celle-ci se charge de la mettre en valeur en privilégiant une culture d’exportation, le café, et en utilisant surtout une main d’œuvre d’esclaves en provenance d’Afrique ou de Madagascar.
  • Passée sous administration directe de la couronne en 1767, elle est baptisée "Réunion" par la Convention en 1793. Placée sous domination anglaise de 1810 à 1815, l’île connaît ensuite un demi-siècle de prospérité grâce à l’introduction par ses occupants de la culture de la canne à sucre.
  • A partir de 1865, l’effondrement du cours du sucre va mettre à mal cette situation florissante. Malgré la construction d’une ligne de chemin de fer en 1882 et le creusement d’un port à la Pointe des Galets en 1886, la Réunion connaîtra une longue période de marasme et traversera deux dures épreuves. La Première guerre mondiale, qui fera près de 3 000 morts, sera suivie d’une effroyable épidémie de grippe espagnole causant entre 5 et 10 000 morts avant que ne s’amorce, dans les années 20, un redressement sensible, vite interrompu par le déclenchement de la Seconde guerre mondiale. La Réunion subira un dur blocus durant celle-ci et son ralliement à la France libre en novembre 1942 ne mettra fin que partiellement à cette épreuve.
  • Votée à l’unanimité par l’assemblée constituante, la loi du 19 mars 1946 transforme les quatre vieilles colonies, dont la Réunion, en départements français. Toutefois, les pesanteurs administratives et l’état de délabrement de l’économie sont tels qu’il faudra attendre le début des années 60 pour qu’une véritable politique de développement soit mise en oeuvre. Elu député de la première circonscription en 1963, l’ancien Premier Ministre Michel Debré engage alors la Réunion dans un processus volontariste de développement et d’assimilation avec la métropole.
  • Jusqu’au début des années quatre-vingt, la question du statut de l’île suscite de nombreux débats entre départementalistes et autonomistes. En 1982, la loi de décentralisation crée le Conseil Régional aux côtés du Conseil Général. Puis la Réunion devient région européenne en 1992 et en 1997, le traité d’Amsterdam donne à l’île sa place dans l’ensemble des régions ultra-périphériques de l’Europe.
  • La Réunion, est aujourd’hui une région moderne qui possède un niveau d’infrastructures étoffé et un tissu économique dynamique et varié. Il n’en demeure pas moins de nombreux écarts par rapport à la métropole, mesurés surtout dans les domaines sociaux et éducatifs.

Démographie

  • La population de la Réunion est estimée au 1er janvier 2009 à 817 000 habitants. La densité de 312 habitants/km² est l'une des densités les plus importante de tout l’Outre-Mer.
  • Les Réunionnais ont constitué une société métissée aux origines multiples : africaines, malgaches, européennes, indiennes, chinoises…
  • L’accroissement naturel est le moteur de la croissance démographique réunionnaise, puisqu’il constitue 95 % de l’augmentation de la population depuis 1999. La variation de population due au mouvement migratoire, qui était très favorable à l’île durant la décennie 1990, a fortement diminué depuis.
  • Les deux plus grandes villes de la Réunion sont Saint-Denis (140 733 habitants en 2007, 23ème ville de France) et Saint-Paul (101 023 habitants en 2007, 40ème ville de France)

Transports

LoupeVoir l'article : Réunion (974).

Politique des transports à la Réunion

  • À compléter

Transports routiers

Voir l'article concernant les Infrastructures routières.

Transports ferroviaires

Voir l'article concernant les Infrastructures ferroviaires.

Transports aériens

Voir l'article concernant les Infrastructures aéroportuaires.

Économie

  • Entre 1995 et 2005, la structure de l’économie réunionnaise a été profondément modifiée. Si en 1995, l’économie de l’île était déjà fortement tournée vers les services (près du trois quart du PIB réunionnais), les services administrés avaient alors un poids bien plus important. Tirés vers le haut par les autres services aux entreprises, les services aux particuliers et les transports en télécommunication, les services marchands ont connu une forte croissance annuelle ce qui a leur permis à partir de 2003 d’être le secteur économique le plus important de la Réunion.
  • Le BTP s’est développé au cours de cette période. De ce fait il a également permis à l’industrie et en particulier à l’industrie de biens intermédiaires de se renforcer pour se substituer en partie aux importations. Cette croissance provient principalement des fortes évolutions à la hausse dans les industries de biens d’équipements et de produits minéraux qui, toutes deux, sont fortement orientées vers la production de biens destinés à la construction et au BTP.
  • L’industrie agro-alimentaire a progressé moins rapidement que l’ensemble de l’économie et le secteur « agriculture et pêche » a décrû.
  • L’activité de la pêche à la Réunion se répartit en trois catégories : la petite pêche, la pêche palangrière et la grande pêche industrielle.
  • Concernant le tourisme, la Réunion a été exposée par la crise sanitaire liée au chikungunya en 2006 qui avait entrainé une chute de la fréquentation touristique de l’île ; 2007 avait été une année de transition et 2008 s’affiche comme l’année du retour « à la normale », c’est-à-dire à des niveaux assez proche d’avant la crise sanitaire (409 000 touristes en 2005). En 2008, Près de huit touristes sur dix viennent de métropole. La clientèle mauricienne reste la deuxième source de touristes de l’île avec 5,2 % de l’ensemble des touristes estimés en 2008. Il s’est développé une forme d’hébergement de type alternatif, principalement implantée dans les Hauts et dans le Sud, qui représente un peu moins des deux tiers de l’offre en hébergement de l’île au premier janvier 2008.

Culture

  • À compléter

Notes et références

  1. Les routes nationales de la Réunion ont fait l'objet d'un déclassement, et sont gérées par le Conseil Régional de la Réunion depuis le 1er janvier 2008.
ModèleDOM-TOM Outre-Mer    Ecusson974 Réunion


Drapeau France Transports par région Armoiries république française

France métropolitaine : Auvergne-Rhône-Alpes · Bourgogne-Franche-Comté · Bretagne · Centre-Val de Loire · Corse · Grand Est · Hauts-de-France · Île-de-France · Normandie · Nouvelle Aquitaine · Occitanie · Pays de la Loire · Provence-Alpes-Côte d'Azur

Régions d'outre-mer : Outre-Mer · (Voir aussi : Guadeloupe · Martinique · Guyane · Réunion · Mayotte)

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-NC-SA .