Écusson SXM.jpg Heure de Marigot
Fuseau horaire.png
2:29:46 (GMT -4h)



Présentation générale

  • L’île est située par 63°05 Ouest et 18°05 Nord sur le tropique du Cancer, au nord de l’arc antillais, à 180 km distance de Porto Rico et 250 km de la Guadeloupe et à seulement 30 km à l’ouest de l’île de Saint-Barthélemy.

Géographie

  • Composée de deux parties, Grande Terre et Terres Basses, reliées entre elles par deux étroits cordons littoraux qui enferment l’étang salé de Simpson Bay, l’île de Saint-Martin couvre une superficie de 86 km² (dont 53 km² pour la partie française). Son point culminant se nomme « Pic Paradis » (424 m). Saint-Martin comprend par ailleurs plusieurs îlets : Tintamarre, Pinel, Cayes vertes, Petite clef ou Crowl Rock.

Généralités

  • À compléter

Reliefs et paysages

  • À compléter

Climat, températures et précipitations

  • L’île connaît le climat océanique de la zone intertropicale de convergence, avec une saison dite "sèche" (de décembre à mai) et une saison dite "humide" (de juin à novembre). La température de l’air peut varier de 24 °C à 35 °C pour une moyenne annuelle d’environ 27 °C.

Écusson SXM.jpg
Drapeau non-officiel de Saint-Martin.
Logo 978.jpg
Logo de la collectivité de Saint-Martin.

Géologie

  • À compléter

Histoire

  • Les premières traces de peuplement remontent à 4000 avant J.C. Vers l’an 800, l’île était dans la zone de peuplement des indiens Taïnos (Arawaks) qui y résidèrent et la nommèrent Oualichi (l’île des femmes). Au XIVème siècle, ils furent remplacés par le peuple Caraïbe. L’île aurait été découverte par Christophe COLOMB lors de son second voyage aux Antilles le 11 novembre 1493, jour de la Saint-Martin.
  • Occupée successivement par les Français, les Hollandais et les Espagnols qui l’abandonnèrent en 1648, elle fut reprise par les Français et les Hollandais. Ils signèrent le 13 mars 1648 le traité du Mont Concorde ou Concordia marquant la limite des deux souverainetés - une partie hollandaise (Sint-Marteen) au Sud et une partie française au Nord (Saint-Martin) - et instituant la libre circulation des marchandises.
  • Au cours du XVIIIème siècle, au gré des nombreuses guerres dans la région, Saint-Martin a été occupée à plusieurs reprises par des puissances étrangères (britanniques, espagnoles).
  • La souveraineté française sur la partie nord de l’île (53 des 86 km2) a été réaffirmée par le traité de Paris de 1816 puis fixée par une convention signée avec la Hollande le 28 novembre 1839.
  • A partir de 1816, le régime juridique de la Guadeloupe fut rendu applicable dans la partie française de Saint-Martin.
  • Le Conseil privé de la Guadeloupe adopte le 11 février 1850, une délibération approuvant un arrêté "qui concède à la dépendance de Saint-Martin de nouvelles immunités commerciales ainsi que des faveurs nouvelles pour encourager l’exploitation de ses salines", alors seules richesses de l’île. Une seconde délibération du 9 octobre 1862 autorise le gouverneur de la Guadeloupe à prendre plusieurs arrêtés qui dote Saint-Martin d’un régime de très large franchise commerciale, douanière et fiscale. Saint-Martin bénéficie aussi d’une part des recettes d’octroi perçues en Guadeloupe (décrets du 29 juin 1862 et du 11 mars 1879).
  • En 1946, la partie française de l’île de Saint-Martin fut rattachée au département de la Guadeloupe en devenant une commune. En 1963, la sous-préfecture des Iles du Nord fut créée pour la gestion administrative des îles de Saint-Martin et de Saint-Barthélemy, son siège fut installé à Marigot.
  • La loi constitutionnelle du 28 mars 2003 relative à l’organisation décentralisée de la République a profondément rénové le statut constitutionnel de l’Outre-Mer. Cette loi a défini le cadre d’éventuelles évolutions statutaires ou institutionnelles des collectivités ultra-marines.
  • En Guadeloupe, les élus ont présenté au Gouvernement plusieurs propositions d’évolution statutaire qu’ils souhaitaient voir soumis au suffrage des électeurs.
  • Ainsi, le 7 décembre 2003, une consultation des électeurs par voie de référendum fut organisée à Saint-Martin, selon les vœux exprimés par le conseil municipal sur l’évolution statutaire de l’île dans le cadre de l’article 74 de la Constitution (création d’une collectivité dotée d’un statut particulier). Le « oui » l’a emporté à hauteur de 76,17% avec un taux de participation de 44,18%.
  • Depuis le 1er janvier 2008, l'île de Saint-Martin est devenue une collectivité d'Outre-mer à part entière.

Démographie

  • Le dernier recensement de l’INSEE a été réalisé en 1999. La population de la partie française de l’île s’établissait alors à 29 112 habitants. En 2004, la population a été estimée à 33 164 habitants pour la partie française et à 32 800 habitants pour la partie hollandaise). L’île regroupe entre 70 et 100 nationalités, majoritairement des Haïtiens et des Dominicains.

Transports

Loupe.pngVoir l'article : Saint-Martin (978).

Politique des transports à Saint-Martin

  • Les voies de communication sont maritimes (quatre ports de commerce) et aériennes avec l’aéroport International Princess Juliana en partie néerlandaise et l’aérodrome régional de l’Espérance en partie française.
  • Côté français, le port de Galisbay est prévu pour le trafic de marchandises, et le port de Marigot pour le trafic de passagers.
  • A Sint-Marteen, le port d’Oyster Pound est pour l’essentiel consacré au trafic passagers inter-îles tandis que le port en eau profonde de Pointe-Blanche permet l’accueil de l’essentiel des croisiéristes et traite la majorité des importations de l’île.

Transports routiers

Voir l'article concernant les Infrastructures routières.

Transports aériens

Voir l'article concernant les Infrastructures aéroportuaires.

Économie

  • L’activité économique s’articule autour des secteurs des services marchands non financiers, du commerce et du BTP.
  • Le PIB de l’île de Saint-Martin de l’année 1999 a finalement été évalué à 421 M €, soit près de 14 500 € par habitant(estimation). Le P.I.B. par habitant serait inférieur de 39 % à la moyenne métropolitaine et de 21 % au P.I.B. par habitant en partie hollandaise (16 500 € environ) et sensiblement égal à celui de la Guadeloupe continentale.
  • Concernant le secteur du tourisme, Saint-Martin possède une infrastructure hôtelière qui lui permet aujourd’hui d’être l’une des destinations les plus appréciées de la Caraïbe. L’île accueille surtout une clientèle nord-américaine et, dans une moindre mesure, des visiteurs européens et sud américains. L’île reste l’une des destinations de croisière les plus prisées au monde. Depuis 1997, l’île connaît une croissance continue de son secteur touristique malgré quelques signes de ralentissement en 2006.

Culture

  • À compléter

Notes et références

  1. Les routes nationales de Saint-Martin ont fait l'objet d'un déclassement, ont été gérées par le Conseil Régional de la Guadeloupe entre 2006 et 2009 ; sont gérées depuis le 1er janvier 2010 par la Collectivité de Saint-Martin.


Drapeau français Transports par région Armoiries de la République française

France métropolitaine : Auvergne-Rhône-Alpes · Bourgogne-Franche-Comté · Bretagne · Centre-Val de Loire · Corse · Grand Est · Hauts-de-France · Île-de-France · Normandie · Nouvelle Aquitaine · Occitanie · Pays de la Loire · Provence-Alpes-Côte d'Azur

Régions d'outre-mer : Outre-Mer · (Voir aussi : Guadeloupe · Martinique · Guyane · Réunion · Mayotte)

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-NC-SA .