FANDOM


Descriptif

  • En 1931, la CARSEF (Compagnie des Auto-Routes du Sud-Est de la France) présenta l'avant-projet d'une autoroute devant relier Lyon à Évian.
  • Cette autoroute devait également comporter deux branches :
    • Une première qui correspondait à l'actuelle A40, devait se séparer du tronc principal à hauteur de La Roche-sur-Foron et se terminer à Saint-Gervais-les-Bains en desservant dans le même temps toute la vallée de l'Arve.
    • La seconde branche assez courte devait quant à elle se séparer du tronc principal au niveau de Douvaine et rejoindre la Suisse en prenant la direction de Genève.
  • Cette autoroute devait être réalisée à péage avec un prix pour l'utilisateur de 25 centimes de franc du kilomètre.
  • Concernant sa conception technique, il était prévu de réaliser deux chaussées de 7 m de large séparées par un trottoir d'une largeur d'un mètre. Sous ce trottoir aurait été aménagée une galerie technique permettant l'établissement de lignes téléphoniques et électriques servant au bon fonctionnement de l'autoroute.
  • Prévoyant que toute la place disponible dans ces galeries techniques ne serait pas utilisée, il était envisagé de louer les emplacements libres à diverses compagnies ayant besoin d'établir des lignes électriques ou téléphoniques, ce qui aurait permis d’augmenter encore la rentabilité de l'infrastructure.
  • Une bande de 2,5 m de large était également prévue de chaque côté de l'autoroute pour permettre d'élargir facilement cette dernière si le besoin s'en faisait sentir.
  • L'avant-projet de cette autoroute était réalisé de façon à permettre une vitesse maximale de 150 km/h. Pour cela, il était envisagé de réaliser une autoroute la plus rectiligne possible, ne comportant que des virages à grand rayon tout en limitant au maximum les fortes rampes.
  • A l'instar des standards actuels pour nos autoroutes, cette dernière ne devait comporter aucun croisement à niveau avec la voirie locale ou les voies ferrées et devait également être clôturée pour empêcher tout traversée d'animaux.
  • Point important, les deux voies de circulation devaient être inversées, permettant ainsi de ne réaliser qu'une seule gare de péage située au milieu de l'autoroute au niveau des échangeurs au lieu de deux. Par ce biais, la gare de péage ne nécessitait qu'une seule personne s'occupant à la fois des entrées et des sorties se faisant par l’intérieur.
  • Outre le fait d'améliorer les conditions de circulation dans la région, le projet avait également pour but de lutter contre le chômage, en embauchant pour la construction de cette autoroute pas moins de 30.000 personnes.
  • Ce projet tarda à se réaliser et la Seconde Guerre mondiale le reporta à des jours meilleurs.
  • Dans les années 1960, le projet fut remis au goût du jour avec les diverses études concernant les autoroutes A40, A41 et A43 qui ont repris dans les grandes lignes le tracé prévu 30 ans en arrière.

Tracé

Chargement de la carte...
Légende de la carte
En bleu Tracé des actuelles A40, A41 et A43.
En rouge Ancien tracé prévu dans les années 1930.
Pour plus d'informations sur les sources cartographiques, consulter cet article.
La carte ne s'affiche pas ? Merci d'éditer l'article et de le sauvegarder sans aucune modification.

Documents de l'époque

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-NC-SA  .